Abattage sans étourdissement : débattons mieux

Prochainement, le Parlement bruxellois sera amené à débattre de la tumultueuse question de l'abattage d'animaux sans étourdissement. Les principaux groupes politiques promettent une discussion sereine et approfondie. Pour y parvenir, il faudra éviter une série d'erreurs et instrumentalisations qui polluent fréquemment le dossier. Petit passage en revue à vocation constructive.


Carte blanche publiée par Le Vif le 17 février 2022.

Depuis quelques mois, plus une semaine ne passe sans que la presse n’aborde le tumultueux débat de l’abattage d’animaux sans étourdissement, et la position des partis politiques qui seront bientôt amenés à se prononcer à ce sujet au Parlement bruxellois.


Après l’adoption par la Wallonie et la Flandre de l’étourdissement obligatoire en 2017, la Région bruxelloise ne pouvait éluder la discussion plus longtemps. Si elle bouscule la majorité à Bruxelles, la proposition d’ordonnance déposée par le groupe Défi n’en demeure pas moins la mise-bas logique d’une attente citoyenne en gestation depuis de nombreuses années : l’atténuation des souffrances animales au moment de l’abattage (au moins 70 % de la population bruxelloise est favorable à un étourdissement obligatoire avant chaque mise à mort, selon différents sondages).


Du reste, la discussion suscite la méfiance d’autres Bruxellois.es – en particulier au sein des communautés religieuses concernées par l’abattage rituel, c’est-à-dire les personnes musulmanes et juives.


Cette méfiance est justifiée, et la méconnaître est la première erreur à ne pas commettre.


Car de longue date, le dossier de l’abattage sans étourdissement a été instrumentalisé par l’extrême-droite, y compris à Bruxelles, d’une manière qui stigmatise les personnes concernées. Sa focalisation sur cette seule question alors que tant reste à faire pour améliorer la condition animale laisse peu de doute sur ses intentions idéologiques.


Dans la société civile et ailleurs sur l'échiquier, les plaidoyers pour la protection des animaux sont heureusement menés avec davantage de sincérité. Mais là aussi, la vigilance est de mise : il faut veiller à ne pas simplifier, voire souiller le débat. La solution ne se trouve pas dans la polarisation et l’altération du tissu social.


Nous avons en effet vite fait de tronquer les positions de nos interlocuteurs. Au point d'oublier l’attention réelle que réservent les différentes religions – et leurs fidèles – à la question du respect des animaux, et à la lutte contre la cruauté à leur égard. Ainsi, il est par exemple utile de rappeler que dès le VIe siècle, le Coran a amené un premier encadrement normatif de l’abattage d’animaux, et donc une réelle avancée dans le combat pour réduire leurs souffrances.


Nous sommes au XXIe siècle, et les recherches en éthologie et en neurologie ont depuis longtemps confirmé nombre de conceptions et intuitions spirituelles à l’égard des animaux : il s’agit d’êtres doués de sensibilité, de cognition et de conscience. À ce titre, prêter une attention particulière à leur sort est un impératif moral.


Écarter les intérêts des animaux de l'équation, c’est donc la deuxième erreur fréquemment commise dans le débat. La question politique de l’abattage sans étourdissement n’implique pas les mêmes enjeux que celle du port de signes convictionnels ; elle engage un public tiers – les animaux sacrifiés – qui y a évidemment le plus à perdre.


En effet, bien connues sont les douleurs que les animaux endurent lorsqu’ils sont abattus en pleine conscience. Elles ont été constatées, mesurées. Plusieurs minutes d’une terrible agonie peuvent s’écouler entre l’égorgement et la mort. Ceci fait l’objet d’un consensus scientifique, sur la base duquel les fédérations vétérinaires belge et européenne appellent à appliquer, dans chaque cas, un étourdissement avant l’abattage.


Car, à l'instar des connaissances scientifiques, les techniques ont évolué. Les différentes méthodes actuelles d’étourdissement permettent de rendre les animaux insensibles au moment de l’égorgement. Certes, elles sont brutales. Certes, elles ne sont pas une baguette magique faisant disparaître toute détresse animale. Mais correctement appliquées, elles réduisent significativement de très vives et inutiles souffrances, ce qui est bien le minimum que l’on puisse accorder à des êtres sensibles.


La condition animale doit être revue en profondeur, y compris en Belgique, qui n’a pas beaucoup de leçons à donner vu notamment la prédominance de ses élevages industriels. De timides avancées sont faites, c’est une bonne chose. Au passage, on pourrait se demander pourquoi nous continuons de tuer des êtres sensibles par centaines de millions alors que nous n’en avons pas besoin pour notre survie. Mais dans tous les cas, se refuser à voter l’étourdissement obligatoire sous prétexte que les animaux souffrent à d’autres endroits et moments, c’est commettre une troisième faute de raisonnement – qu’on pourrait résumer par le sophisme de la solution parfaite – et, de facto, plaider pour l’immobilisme.


Quelle solution, alors ? Souvent dans ce débat, nous entendons des positions polarisées, polarisantes. La bonne nouvelle est que ce n’est en rien une fatalité. Mais pour en sortir, il faut éviter une quatrième et dernière erreur : la confusion entre l’abattage rituel et l’abattage sans étourdissement.


Paradoxalement, cette confusion est souvent entretenue des deux côtés du débat, parfois volontairement. D’une part, les courants xénophobes instrumentalisent l’étourdissement pour s’en prendre plus largement aux coutumes religieuses – musulmanes en particulier. D’autre part, cette instrumentalisation sert la rhétorique des tenants de l’immobilisme, qui peuvent ainsi assimiler la demande de protéger les animaux pendant l’abattage rituel à une revendication qui serait nécessairement sournoise et stigmatisante.


Le débat doit être dépollué. Car en vérité, il ne porte pas sur l’interdiction de l’abattage rituel. Tant dans l’islam que dans le judaïsme, le rite sacrificiel comporte d’autres éléments que la seule question de l’étourdissement. Or, il n’est pas question de toucher à ces aspects. C’est ce qu’ont par exemple compris plusieurs savants religieux ainsi que des certificateurs halal dans le monde, qui conjuguent rite et étourdissement.


En Nouvelle-Zélande, soit le premier exportateur de viande de moutons halal au monde, tous les animaux abattus rituellement sont préalablement étourdis. La méthode fréquemment utilisée pour les abattages religieux (elle est d’ailleurs inscrite dans les législations wallonne et flamande) est celle d’un étourdissement réversible. Parce qu’elle ne provoque pas, à elle seule, la mort de l’animal, elle tend à répondre aux différents enjeux.


Plutôt que maintenir le statu quo à tout prix, les politiques qui s’opposent à l’étourdissement à Bruxelles pourraient opter pour la pédagogie. Plonger les animaux dans un état d’inconscience avant de les égorger, c’est une amélioration des techniques d’abattage, allant dans le sens de la considération que les religions concernées témoignent à ces animaux. L'étourdissement n'est pas incompatible avec le rituel, l'inclusion et le vivre ensemble, bien au contraire.


Victoria Austraet, députée bruxelloise indépendante


196 vues