top of page

Feux d'artifice : « Chaque année, le bilan se révèle catastrophique »

Intervention adressée le 23 janvier 2024 au Ministre-Président de la Région bruxelloise concernant le bilan des feux d'artifice lors des fêtes de fin d'année 2023. Pour lire l'intégralité des échanges, cliquez ici.



Comme de coutume en période de fêtes de fin d'année, vous avez pris la décision, fin 2023, d'interdire aux particuliers la possession et le transport de feux d'artifice dans l'espace public entre le 15 décembre et le 3 janvier, et ce pour des raisons de sécurité des services de secours et de police.


Cette mesure complète l'interdiction de l'usage de pièces d'artifice et de pétards dans l'espace public, mais aussi privé, déjà prévue par le règlement général de police des dix-neuf communes.


Depuis le début de la législature, je vous demande régulièrement un bilan concernant l'usage de ces pièces pyrotechniques pendant les fêtes de fin d'année. Ce bilan se révèle invariablement catastrophique.


Cette année, les longues salves de déflagrations ont prouvé à suffisance que les interdictions en la matière n'étaient pas respectées. Des drames humains en ont résulté à Bruxelles : enfants blessés au visage, lésions oculaires et main arrachée. De plus, comme l'a expliqué ma collègue Bianca Debaets, les services de secours ont également été visés par des tirs de pièces d'artifice.


Les tirs de feux d'artifice ont cependant aussi de nombreuses autres conséquences. D'une part, ils ont un impact sur le bien-être animal. Récemment, nous avons appris que GAIA comptait poursuivre en justice le gouvernement fédéral en raison de son inaction face au danger que représentent les feux d'artifice. GAIA se base sur pas moins de 33 signalements relatifs à des animaux domestiques gravement affectés par les détonations du Nouvel An. Onze d'entre eux ont même trouvé la mort. Les déflagrations occasionnent en outre de la panique chez les animaux sauvages.


D'autre part, les feux d'artifice ont un impact sur l'environnement, en raison de l'importante pollution aux particules fines qu'ils engendrent.


Nous pouvons donc faire un double constat. D'une part, les mesures générales interdisant l'utilisation de pièces d'artifice et de pétards, ainsi que les interdictions temporaires de possession et de transport de telles pièces, sont totalement inefficaces. D'autre part, les problématiques engendrées par les feux d'artifice concernent directement des matières relevant des compétences de la Région bruxelloise.


Quel bilan tirez-vous de l'utilisation illégale de pièces d'artifice lors des récentes fêtes de fin d'année par rapport aux années précédentes ? Avez-vous pris connaissance de l'action en justice à l'encontre du gouvernement fédéral visant la fin de la vente de pièces d'artifice ? Quelle est la position de la Région à ce sujet ? Avez-vous envisagé de plaider en ce sens en faveur du bien-être animal, de l'environnement et de la sécurité publique ? 

Comments


bottom of page