La question des hypertypes et des maladies génétiques liés à certaines races de chats

Question orale adressée le 2 juin 2021 au Ministre bruxellois du Bien-être animal concernant les hypertypes et les maladies génétiques liés à certaines races de chats. Pour lire l'intégralité des échanges, cliquez sur ce lien.

Fin 2020, le Conseil wallon du bien-être des animaux a rendu un avis à la ministre compétente au sujet des hypertypes et des maladies génétiques liés aux races de chats.


La pratique de l’élevage de chats - mais c'est également le cas pour les chiens - a donné lieu à de nombreux abus, dont le fait de fixer des phénotypes et des génotypes délétères dans certains standards de races, essentiellement pour des motifs esthétiques qui ont fait l'objet d'une sélection artificielle. Ces caractéristiques sont, par exemple, des maladies héréditaires ou des déformations physiques qui affectent le bien-être et la santé des animaux concernés.

C'est pour y remédier que le Conseil wallon du bien-être des animaux recommande à la ministre d'adopter un ensemble de mesures à l'égard de l'élevage d'une série de races de chats. Il préconise ainsi l’interdiction pure et simple des races que sont le scottish fold, le munchkin, le manx et le cymric, ainsi que le twisty cat, dans la mesure où, selon les experts, "la majorité des individus de ces races ou variants géniques développent de la souffrance, de la douleur, de l'inconfort". Il est à noter qu'il ne s'agirait pas que d'une interdiction d'élevage mais aussi, par exemple, de commerce, d'exposition et de détention.


Pour deux autres races, le persan et l'exotic, le conseil recommande plutôt l'adoption de mesures correctives immédiates afin de supprimer leur hypertype, à savoir une brachycéphalie qui entraîne des difficultés respiratoires et certaines pathologies. Enfin, concernant le sphynx et le rex devon, les experts estiment qu'un suivi scientifique et des études devraient être mis en place pour mieux connaître les atteintes au bien-être animal.


Ces recommandations sont assez édifiantes et, si elles s'adressent au gouvernement wallon, la même question se pose évidemment dans notre Région. En 2018, le Conseil bruxellois du bien-être des animaux invitait le gouvernement à adopter rapidement une interdiction totale de l'élevage du scottish fold et du highland fold. On sait qu'une telle interdiction est dans les cartons du gouvernement, mais les recommandations du conseil wallon nous alertent également sur de nombreuses autres races de chats.


Le gouvernement a-t-il pris connaissance de cet avis du Conseil wallon du bien-être des animaux ?


Existe-t-il à Bruxelles des élevages agréés qui pratiquent la reproduction de races de chats visées par cet avis ?


Le gouvernement a-t-il envisagé d'en tenir compte en vue de l'adoption de dispositions légales à Bruxelles, qui ne concerneraient pas uniquement le chat fold ?


Est-il prévu que le conseil bruxellois se penche sur la problématique plus générale des hypertypes, tant chez les chats que chez les chiens ?