Sans-abrisme : quid des mineurs d'âge et des personnes accompagnées d'animaux ?

Intervention dans le cadre d'une demande explications du député Gilles Verstraeten concernant la politique de lutte contre le sans-abrisme à Bruxelles. L'intégralité des (longs) échanges est disponible via ce lien.


La réponse du ministre de la Santé commence à la page 8. Beaucoup d'éléments de réponse ont été fournis, mais pas en particulier sur les mineurs d’âge sans abri. Une réponse à ma question sur les personnes sans abri accompagnées d’animaux se trouve en revanche à la page 17.

 

La politique du Collège réuni dans la lutte contre le sans-abrisme en général fait l’objet de discussions régulières dans ce Parlement, et, dans ce cadre, vous avez manifesté votre volonté de développer et renforcer des solutions pérennes telles que le housing first.

Copyright Bruss’help : Chloé Thôme

Lors de la dernière déclaration de politique générale en octobre, Monsieur Vervoort a par ailleurs annoncé le dégagement d’un budget de 6 millions d’euros pour 2022, qui servira aux conventions d’occupation temporaire, à l'aménagement de logements et d’espaces d’accueil, ou encore au renforcement des opérateurs psychosociaux.

Il faut souhaiter que ces politiques soient vraiment efficaces, parce qu’il est difficilement compréhensible qu’en 2021, dans la capitale de l’Europe, des gens dorment encore dans la rue, d’autant plus sous des températures hivernales.

Mais j’aimerais vous interroger sur deux aspects plus spécifiques de la lutte contre le sans-abrisme, parce que des personnes m’interpellent sur ces sujets.

  • Le premier aspect est la question des mineurs d’âge sans abri. Lors d’une question précédente, vous aviez expliqué qu’en juin dernier, 634 places étaient accessibles à des adultes accompagnés de leurs enfants au sein des dispositifs d’urgence et hôtels, en plus de 573 places au sein des maisons d’accueil. Vous aviez également évoqué la situation des mineurs étrangers non accompagnés. Nous sommes aujourd’hui aux portes de l’hiver, pourriez-vous faire le point sur l’occupation de ces places ? Les capacités seront-elles suffisantes ? Quelles actions sont plus spécifiquement menées pour sortir les enfants de la rue ?

  • Le deuxième aspect concerne également les personnes sans abri accompagnées, mais accompagnées cette fois d’animaux. Ici aussi, il y a un danger de double peine, puisque la personne et son animal mènent tous deux une vie de misère dans la rue, et risquent de trouver bien plus difficilement un logement puisqu’ils ne sont, à ma connaissance, pas admis dans les centres d’hébergement. Chaque année, la Fondation Prince Laurent active son Plan Froid pour remédier à cette situation, en allant à la rencontre des personnes sans abri possédant un animal, en accompagnant des équipes du Samu Social. Cette action est salutaire mais évidemment insuffisante, et pose la question de l’action des pouvoirs publics. Pourriez-vous donc faire le point sur les mesures que vous menez afin d’aider le public particulier que constituent les personnes sans abri et leurs animaux ?